Madeleine Lacrampe

Hommage prononcé par Clément Moura

Cliquez pour agrandir l'imageMadeleine est née le 31 mars 1931 à Bourréac. Elle a perdu sa maman a 2 ans. De l'âge de 6 ans à 10 ans elle est partie vivre à Soulom chez sa tante et son oncle avec sa soeur Yvonne. Son pére, Jean-Marie, et son frère, Henri, restèrent  à la ferme. Quatre ans plus tard, elle se faisait une joie de retrouver  sa grand mère  de Bourréac.  Hélas, celle ci mourut quelques jours avant son retour. Avec sa soeur Yvonne et son frère Henri, elle a participé aux travaux de la ferme durant toute sa jeunesse. Mariée le 5 janvier 1955 avec René,  elle a eu 3 enfants, Régine, Charles  et  Marie-Noëlle, puis 6 petits enfants et 7 arrière petits enfants. Une vie pleine d'amour pour sa famille qu'elle a comblée de bonheur jusqu'à son dernier souffle. Toujours un sourire, un bisou ! Elle était un modèle  de vertu, la bienveillance incarnée ! Elle nous disait souvent des citations pour nous rendre meilleurs,  comme celle-ci qui m'a le plus marqué : "Ne fais pas aux autres ce que tu n'aimerais pas que l'on te fasse". J'espère  qu'on a su te montrer tout l'amour qu'on a pour toi. Même si, sur la fin comme au début, il y a eu des moments difficiles, il y a une chose que je sais, c'est que tu as gagné ta place au Paradis. Tu seras toujours  dans nos coeurs, je t'aime et nous t'aimons tous...  Clément

Hommage prononcé par Romain Malou

Madeleine,
Notre cher petit village que tu aimes tant perd encore une de ses figures emblématiques...
Mais dans cette perte, nous trouvons aussi  les merveilleux cadeaux que tu nous as laissés.
Il est dit que l'on reconnaît l'arbre à ses fruits. Il suffit de contempler la magnifique famille que tu as bâtie avec René pour comprendre  ces mots et apprécier le bijou que tu es.
Nous ne sommes pas là pour te dire au revoir mais à bientôt et merci !
Romain

Hommage prononcé par Roland Darré

Chers Amis,
Au nom de notre communauté, je veux témoigner à René, à Régine, Charles et Marie-Noëlle,  à leurs enfants et petits-enfants, ainsi qu'à Yvonne et à Henri, à toute la grande famille Lacrampe et Abadie, combien nous avons été choqués et affectés par la disparition de Madeleine.
Nous ne reverrons plus sa présence familière en ço d'Arcos où j'avais tant de plaisir à la retrouver avec René, au coin du feu, et à participer à des discussions que René savait si bien animer dans un jeu de rôles convenu.
Toujours souriante, positive, à la fois calme et déterminée, Madeleine personnifiait pour moi ce modèle de femme paysanne pyrénéenne que j'ai toujours admiré parce qu'il est l'incarnation d'un mode de société que je crois encore indispensable à la nôtre aujourd'hui.
Dépositaires, plus que propriétaires, d'une maïsou, ces daounes, comme on les appelait autrefois, ont une mission : la transmettre, assurer la continuité. « Je maintiendrai » semble être leur devise informulée.  Grâce à elles, la maïsou est le foyer où se retrouve la famille dispersée, quels que soient les aléas de la vie. Pour moi,  Arcos, avec Madeleine et René, c'était cela.
Nous savons que cela le demeurera, et ton souvenir, Madeleine, lui demeurera toujours attaché.
Adieu Madeleine.
Roland


Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSlundi 30 avril 2018